Le Monologue d'Adramelech

De Valère Novarina. Par Richard Leroussel. Mise en scène Pascale Salouf. Lumière Jérôme Chaffardon.

 

«  C’est le globe entier qui sombre à toute allure ! Epargne à nos oreilles tes jets stupides ! Qu’est-ce qu’il marmonne çui-là, qu’est-ce qu’il bronche ? Rien. Rouspète, gueule agitée. Je ne rouspète pas mais je lance ma clameur géante au bord du trou. »

 

Leroussel, acteur novarinien

Jouer du Novarina est a priori impossible. Presque inhumain. Richard Leroussel, en jouant le Monologue d’Adramélech dans la mise en scène de Pascale Salouf, a rejoint le club très étroit des acteurs novariniens. C’est l’humain, précisément, qu’il fait surgir de cette jungle de paroles inconnues. Au lieu de faire tonner les mots, comme le fit le très grand André Marcon à la création, il cherche la claire complexité, en détaille la gamme de cris, depuis l’étouffé jusqu’à la plainte sonore. La création du monde, ce devait être ça : la victoire des mots de Novarina faisant reculer l’obscurité grâce à la force secrète du premier homme et premier acteur : Richard Leroussel.                                                                                                                                                                                                                                                         Gilles Costaz

 

Richard Leroussel donne ce texte cocasse, difficile, débordant d’inventions langagières, avec toutes nuances imaginables. Il le porte littéralement, l’habite dans un décor dépouillé à l’extrême, jouant de son corps comme un fil ténu ou arrimer, en fin de compte, l’émotion d’un très bon spectacle.                Métromag – J. Joël

 

… Voilà donc du Novarina à l’état pur, par un comédien qui prend place désormais parmi les interprètes de référence de l’auteur…                            L’Humanité – Jean-Pierre Siméon

 

… La voix tantôt sourde, tantôt clamante de l’acteur déploie à nos oreilles la langue en perpétuelle création de Novarina, et nous croyons voir se peindre sous nos yeux un tableau de Jérôme Bosch, visionnnaire prémonitoire du destin humain…                                                                                                      Rouge – Amandine Vague & Alexis Violet

 

… Mais au-delà des mots, il y a les intentions de l’acteur, époustouflant de crédibilité, et la beauté d’une mise en scène assurée par Pascale Salouf, qui vont plus loin qu’une parole d’Evangile…                                                                                                                                                                                La Marseilleise – Eric Quilisson 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.